seringue


seringue

seringue [ s(ə)rɛ̃g ] n. f.
siringe v. 1240; bas lat. syringa
1Petite pompe utilisée en médecine pour injecter des liquides dans l'organisme ou pour en prélever. Seringue à injections, à instillations. Aiguille, canon, piston d'une seringue. Faire une piqûre, une prise de sang avec une seringue. « Je brisai la pointe de ces deux ampoules, aspirai le contenu de l'une d'entre elles avec la seringue » (Duhamel). Loc. fig. Être dans la seringue, dans une situation sans liberté de manœuvre et dont l'issue (défavorable) est certaine (cf. Être coincé).
2(1885) Arg. Fusil, arme à feu. sulfateuse. « Ils foutaient le camp en lâchant des coups de seringue » (Vercel).

seringue nom féminin (bas latin syringa, du grec surigks, -iggos, roseau) Instrument constitué d'un piston et d'un corps de pompe cylindrique muni d'un embout où s'adapte une aiguille et servant à injecter ou à prélever des liquides dans les tissus, les vaisseaux ou les cavités naturelles.

seringue
n. f.
d1./d Petite pompe à main servant à injecter des liquides dans l'organisme, ou à en extraire.
d2./d Instrument de jardinier, petite pompe destinée aux arrosages légers et aux projections d'insecticide.

⇒SERINGUE, subst. fém.
A. — 1. Petite pompe servant à envoyer des liquides par compression de l'air. Le clergé fit une foule d'oraisons et l'on envoya même de l'eau bénite avec des seringues par le soupirail de la cave (NERVAL, Nouv. et fantais., 1855, p. 239). On retire la tige rigide dès que l'aiguille est en place et on relie cette dernière à la seringue pleine de vin qui permet de faire l'injection sous pression (BRUNET, Matér. vinic., 1925, p. 524).
2. Spécialement
a) Instrument utilisé autrefois pour administrer les lavements, les clystères. Seringue à lavement. On aura soin de ne donner que des demi-lavemens, ou même un tiers de la seringue, pour ne pas distendre les parois des intestins (GEOFFROY, Méd. prat., 1800, p. 385(12)). Nous jouons à la gouttière. Les jours où il pleut, nous envoyons, avec la grosse seringue de l'écurie, de l'eau dans le bureau quand il n'y a personne... et le capitaine de Vaugiraud est tout étonné de trouver son bureau plein d'eau (GYP, Souv. pte fille, 1927, p. 136).
b) MÉD. Instrument destiné à injecter ou à aspirer un liquide; le plus souvent corps cylindrique dans lequel se meut un piston et auquel est adaptée une canule ou une aiguille creuse (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1972). Seringue hypodermique; seringue de Pravaz. On inocule sous la peau du chien une pleine seringue Pravaz de bouillon stérilisé (PASTEUR ds Travaux, 1885, p. 397). Je vis cette fois Ricarda enfoncer une aiguille à injections dans le bras de la jeune femme, qui était serré dans un garrot. Il tira doucement du sang dans une seringue, le vida dans un flacon (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 391).
Maladie/pathologie de la seringue. ,,Ensemble des affections dues à des germes pathogènes ou à des parasites inoculés accidentellement au moyen de seringues ou d'aiguilles mal stérilisées (Mollaret et Reilly)`` (VERCH.-BUD. 1981).
c) JARDINAGE
) Appareil de jardinier. Cette solution [2 grammes de sulfate par litre d'eau] est répandue sur toutes les parties vertes à l'aide d'une seringue de jardin (DU BREUIL, Cult. arbres, 1876, p. 236). Les seringues sont des appareils utilisés pour le bassinage (pluie artificielle) dans les serres chaudes, ou pour le traitement d'arbres fruitiers et de cultures florales (M. COUTANCEAU, Encyclop. des Jardins, 1957, p. 19).
) Instrument de jardinier, actionné manuellement, et utilisé pour le traitement des plantes. À la seringue et au sac de jute primitifs ont succédé le pulvérisateur et la soufreuse à dos (LEVADOUX, Vigne, 1961, p. 82). En compos. Le pulvérisateur-seringue est spécialement conçu pour le petit jardin d'agrément (M. COUTANCEAU, Encyclop. des Jardins, 1957, p. 80).
B. — P. anal.
1. Appareil analogue à la poche à douille et utilisé pour la décoration des pâtisseries. (Dict. XXe s.).
2. Arbre à seringue(s). Hévéa. Le caoutchouc envahit notre vie moderne, depuis le biberon du nourrisson jusqu'à la blague à tabac de son père, en passant par le pneu, la gomme d'écolier et le chewing-gum. Si, de ce torrent d'applications, nous sommes redevables à La Condamine, il faut avouer que ses contemporains ne s'en doutèrent guère. Ils s'esclaffèrent devant l'arbre à seringue, jouèrent avec cette matière qui se laissait pétrir et modeler sans renoncer pour cela à sa forme première... (P. ROUSSEAU, Hist. techn. et invent., 1967, p. 231).
C. — Arg., pop.
1. Pop., vieilli
a) Personne ennuyeuse, sotte et importune. (Dict. XIXe et XXe s.).
b) Femme, épouse; femme bête. Il vous présente madame Anatole [avec qui il vit]; seulement à l'écart il vous dit: « Tu sais, c'est ma seringue » (POULOT, Sublime, 1870, p. 119). Le lendemain matin, l'action du philtre avait cessé. « Elle m'a bien eu, cette vieille seringue! Mais c'est égal, elle a la façon » (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 872).
2. Arg. Arme à feu; en partic., pistolet ou mitraillette. On avait arraché les anneaux des cuillers, et à trente mètres, on leur a balancé nos œufs dans les pattes (...)! Ils foutaient le camp en lâchant des coups de seringue au petit bonheur (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 244). Prastaud haussa les épaules! — Donne ta seringue (...). Il me prit le fusil des mains (VIALAR, Hte-mort, 1951, p. 282).
REM. 1. Seringuée, subst. fém. a) Rare. Contenu d'une seringue. On envoie 50 à 80 gr. de liquide, on s'arrête, on reprend et ainsi de suite jusqu'à ce que le liquide ressorte clair, ce qui demande 2 à 3 seringuées (HUDELO ds Nouv. Traité Méd. fasc. 1 1926, p. 525). P. métaph. Oh là là! On la connaît, celle-là! Ça et les aut'bobards qu'les journaux nous balancent par s'ringuées (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 230). [Une troupe] réclame de la lumière et du sang nouveaux. Une riche seringuée, avant qu'il soit trop tard, une transfusion de jeunesse (ARNOUX, Zulma, 1960, p. 146). b) Arg. Bombardement par obus; décharge de mitrailleuse (d'apr. ESN. Poilu 1919 p. 488). 2. Seringueur, subst. masc., rare. Celui qui administre la seringue, le lavement. Pour un merlan et un seringueur de village, vous n'avez pas le goût mauvais (...) en dépit de votre mine qui est plutôt celle d'un donneur de clystères? (FRANCE, Rôtisserie, 1893, p. 339).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1240-60 siringe « petite pompe portative employée pour lavements et injections » (ROGER DE SALERNE, Chirurgia, 287 v ° ds Z. fr. Spr. Lit. t. 86, p. 257: metez siringe el col de la veissie); XIIIe s. ceringue « id. » (Livre des simples medecines, éd. P. Dorveaux, p. 25); 1536 « id. » (Inv. de M. de La Bourdaisière ds GAY); 2. 1625-55 fig. « mousquet » (D. FERRAND, Muse normande, éd. A. Héron, t. 1, p. 137); 1885 « fusil » (d'apr. ESN.); 1953 « revolver » (LE BRETON, Rififi, p. 220); 3. a) 1808 chanter comme une seringue (HAUTEL); b) 1845 « personne sotte et niaise » (BESCH.). Du b. lat. syringa « seringue [instrument médical] », du lat. syrinx, syringis « roseau, flûte », du gr. , - « roseau taillé et creusé, d'où flûte » et « tout objet long et étroit », en partic. « fistule » chez Hippocrate; en fr. la forme syringue est att. de 1538 à 1700 (v. FEW t. 11, p. 502). Fréq. abs. littér.:123.

seringue [s(ə)ʀɛ̃g] n. f.
ÉTYM. XVIe; ceringue, XIIIe; var. siringue jusqu'au XVIe; lat. médical syringa, grec surigx « roseau, flûte ». → Syrinx.
1 Vx. || Seringue à lavement. Irrigateur, lavage (d'intestin); → Polissonnerie, cit. 2. — Mod. Petite pompe, utilisée pour introduire des fluides dans l'organisme ou les en retirer (→ Piquer, cit. 6). || Corps de pompe (canon), piston, canule, embout d'une seringue. || Seringue à injections hypodermiques, seringue injectrice; seringue de verre (→ 1. Piston, cit. 1). || Seringue de Pravaz (→ Morphine, cit. 2). || Seringue à instillation ( Instiller).
1 Je pris deux ampoules dans une boîte que j'avais apportée. Je brisai la pointe de ces deux ampoules, aspirai le contenu de l'une d'entre elles avec la seringue, passai dans la chambre pour faire la piqûre et revins laver ma seringue avec le contenu de l'autre ampoule
G. Duhamel, Cri des profondeurs, XI.
tableau Lexique de la chirurgie.
2 (XVIe). Petit instrument de jardinier servant à de menus arrosages, à projeter des insecticides. || Seringue à arrosage.Jouet en forme de seringue. Clifoire.
3 (XXe). Instrument utilisé pour réaliser des décorations en pâtisserie.
4 Loc. fam. (1808). Chanter comme une seringue, faux, très mal.
2 (…) Poisson salua les dames d'un brusque signe de tête et entonna une chanson à boire, Les Vins de France; mais il chantait comme une seringue (…)
Zola, l'Assommoir, I, p. 288.
5 Pop., vx. Importun.
6 (1885). Argot milit. Fusil, arme à feu.
3 Ces miteux qui couraient en braillant, qui sautaient dans la tranchée ! (…) à trente mètres, on leur a balancé nos œufs (grenades) dans les pattes (…) ! Ils foutaient le camp en lâchant des coups de seringue au petit bonheur.
Roger Vercel, Capitaine Conan, XIV, p. 242.
DÉR. Seringuer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • seringue — SERINGUE. s. f. Espece de petite pompe fort simple, qui sert à comprimer l air ou les liqueurs. Seringue d estain. seringue de fer blanc. seringue d argent. seringue à clystere. seringue à balon. seringue à nettoyer des playes. grande seringue.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • seringué — seringué, ée (se rin ghé, ghée) part. passé de seringuer. De l eau seringuée …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • seringue — Seringue, voyez Syringue …   Thresor de la langue françoyse

  • Seringue — Une seringue et son aiguille Une seringue (du grec syrinx, « tube ») est un instrument médical pourvu d une aiguille creuse et employée notamment pour administrer des médicaments par injection (voie parentérale, piqûre). La seringue… …   Wikipédia en Français

  • SERINGUE — s. f. Petite pompe portative qui sert à attirer et à repousser l air et les liquides. Seringue d étain. Seringue de fer blanc. Seringue d argent. Seringue à clystère, à lavement, à injection. Seringue à ballon. Seringue mécanique. Seringue à… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • seringue — (se rin gh ) s. f. 1°   Petite pompe portative, qui sert à attirer et à repousser l air et les liquides. •   Une grande salle proche le réservoir d eau pour y mettre les eschelles, crocs, seringues, sceaux et autres instruments pour le feu,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SERINGUE — n. f. Petite pompe portative qui sert surtout à injecter des liquides. Seringue à injection. Le canon, le piston, le bâton, la canule d’une seringue. Il se dit particulièrement de l’Instrument avec lequel on donne des lavements …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • seringue — n.f. Arme à feu. / Chanter comme une seringue, chanter faux …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • seringue —    La pine, avec laquelle l’homme donne à la femme un lavement de sperme qui est le plus émollient de tous les lavements.         Il tire de sa pochette    Sa seringue et deux pruneaux.    GAUTIER GARGUILLE …   Dictionnaire Érotique moderne

  • seringue — injekcinis švirkštas statusas Aprobuotas sritis talpyklės, uždoriai, vartojimo įtaisai apibrėžtis Cilindrinis vartojimo įtaisas su kaniulės formos antgaliu, fiksuota adata (arba be jos) ir judamu stūmokliu, paprastai naudojamas skystos farmacinės …   Lithuanian dictionary (lietuvių žodynas)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.